top of page

Nos noms de rues, d’où viennent-ils ?

Dernière mise à jour : 14 juil. 2021





Devoir de mémoire…..


Pascal Blanchard, historien, vient de rendre un rapport ainsi qu’une liste de 318 noms issus de la diversité, afin d’aider les élus à renouveler les noms de rue ou de bâtiments publics de leur commune.

L’historien estime qu’on est peut-être entré dans ce temps où il va falloir trouver ce juste équilibre pour parler autrement de notre histoire, montrer aux nouvelles générations, de qui nous sommes les « héritiers ». Ces 318 noms laissent augurer de beaux échanges, au sein des conseils municipaux, et devrait mettre fin au choix de seules personnalités de partis politiques.


Quelques voiries devront être baptisées prochainement sur notre belle commune.

Espérons que cette liste de propositions sera inspirante.

Il ne faut pas oublier non plus que nos jeunes souhaitent aussi que l'on retienne les noms de ceux qui leur ressemblent. Cette reconnaissance est un moyen de développer leur citoyenneté.


Mais ici à Clohars, qui sont ces personnes ayant donné leur nom à un boulevard, une rue ?

De qui sommes-nous les « héritiers » Cloharsiens ?


Voici quelques réponses.


Au Pouldu, nous trouvons l’allée Madame Nestour. Il s'agit de Marie-Louise Le Meur, veuve Nestour. Une habitante du Pouldu, atteinte de cécité, qui souhaitait léguer sa fortune à des personnes malvoyantes. Elle a fait un legs universel à sa commune et à celle de Quimperlé, en 1957. Chaque année, les deux conseils municipaux votaient l'attribution d'une somme, remise pour moitié aux non-voyants de Clohars, pour moitié à ceux de Quimperlé. La dotation était remise le 27 août, jour anniversaire de la naissance de la testataire.


Juste à côté, nous trouvons une allée, au nom de Julien Le Grevellec (Père), maire de Kloar de 1945 à 1960, cultivateur et conseiller général du canton de Quimperlé. Son fils Julien a également été maire de la commune de 1971 à 1977, il est décédé à l’âge de 95 ans. C'est notamment sous son mandat que la mairie a fait l'acquisition de la maison pour tous, aujourd'hui salle des associations à Saint-Jacques. Il a également été administrateur du Crédit agricole du Finistère, du Crédit immobilier et de la Brittany Ferries. Sans oublier ses vergers de Pen ar Ster à Doëlan et son cidre connu et reconnu, a été plusieurs fois médaillé et fourniture officielle du festival interceltique de Lorient.


Dans le bourg, non loin de la maison des associations de St Jacques, nous trouvons la rue Joseph Kervedou. Né le 24/07/1920 à Clohars, il est mort pour la France. Quartier maître mécanicien, au sein des Forces Navales de la France Libre, il était embarqué sur le torpilleur ‘’ La Combattante’’ qui a été coulé par une mine en mer du Nord le 23/02/1945.


Toujours dans le bourg, nous trouvons la rue René Coguen. Né le 23/08/1913, il est décédé le 17/05/1986. René Auguste Coguen était premier maître mitrailleur bombardier, engagé dès le 01/07/1940 au sein des Forces Navales et Aériennes de la France Libre.


D’autres noms, sont à ce jour, sans réponse précise. Les voici, peut être avez-vous des éléments à apporter à ces recherches ?


- Rue Anne LE GALL

- Rue Joseph RAIMOND

- Rue du Docteur LE FORT

- Impasse Docteur PALUAUX


Et si vous connaissez l’origine, la signification du nom de votre rue n’hésitez pas à nous en faire part.

190 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentarios


Los comentarios se han desactivado.
bottom of page