top of page

Les Monnaies Locales

Dernière mise à jour : 10 mai 2022











Ou l’art de se compliquer la vie… pour consommer mieux.


On imagine déjà certains qui, rien qu’en lisant le titre du sujet, sont déjà en train de rouler des yeux et de penser très fort « Merci, mais non merci ».

On se doute effectivement que l’utilisation de monnaie locale ne va pas en emballer beaucoup… à première vue.

Mais la monnaie locale est un sujet sur lequel on mérite de s’attarder.


Sachez tout d’abord que notre monnaie locale (ou monnaie complémentaire) est le Segal. Cette monnaie est attachée au territoire de Lorient-Quimperlé (comme le Bizh à Vannes ou le Galléco à Rennes).

La définition d’un territoire est réfléchie afin de trouver un équilibre entre : espace géographique, nombre d’habitants et circulation de la masse économique.

Le tout est de rester toujours « connecté » à un territoire, ce qui en limite donc sa taille.

Il y a actuellement environ 80 monnaies locales sur le territoire Français.


Le Segal est une monnaie sécurisée (billet filigrané, identifiable par UV, numéroté et non reproductible) et sa valeur est égale à celle de la monnaie officielle (1 euro = 1 segal).

Cet argent ne peut être placé en banque, ce qui le déconnecte de tout aspect spéculatif. Cette monnaie ne sert donc qu’à être une unité de valeur et un moyen d’échange.


Pourquoi certaines personnes choisissent alors de s’embêter avec deux types de monnaies dans leur portefeuille, alors que la zone euro nous a permis de voyager avec les mêmes billets presque partout en Europe ??

Et bien l’utilisation de monnaie locale c’est une façon de plus d’être un consommateur-acteur.


Explications :


Lorsque vous irez, après avoir été convaincus, convertir des euros en Segals, vous faites déjà une première action solidaire car les euros échangés sont placés dans une « banque éthique », comme la NEF qui « est une coopérative financière qui permet des solutions d’épargne et de crédit orientées vers des projets ayant une utilité sociale, écologique et/ou culturelle ». (voir le lien en bas de page)

Les projets financés sont des aides à l’acquisition de biens fonciers par des agriculteurs, grâce à un organisme solidaire appelé « Terre de liens » (Présentation en fin d'article).


Maintenant que vous avez des Segals en poche, vous allez pourvoir les dépenser chez des partenaires de la monnaie, ce qui ne veut pas dire qu’ils sont peu nombreux.

Médecins, artisans, restaurants, magasins alimentaires, et bien d’autres… beaucoup de secteurs peuvent être payés en Segals s’ils le choisissent.

Pour être partenaire il faut remplir deux conditions principales :

- Correspondre à l’éthique défendue par l’association : c'est-à-dire globalement que le travail, le service ou le commerce bénéficie au territoire où circule la monnaie.

- Que la structure ne soit pas trop grosse, au risque de « bloquer » la circulation de la monnaie en ne pouvant l’écouler auprès de ses fournisseurs ou salariés (via paiement et salaire).


Dépenser des Ségals est donc une deuxième bonne action puisque cela vous garantit que c’est le territoire qui s’enrichit.

Vous trouverez en référence un article passionnant et très inspirant sur une Favela au Brésil qui a su se réinventer (et devenir attractive !) grâce à la création d’une monnaie locale.

Globalement, plus il y a de partenaires à utiliser la monnaie locale, plus la monnaie circule et plus cela créer un cycle vertueux : les circuits courts s’organisent, cela crée de l’emploi sur le territoire, le rendant plus attractif, ce qui permet d’avoir plus de services de proximité etc.

Vous noterez aussi que ce concept ne peut être que bénéfique pour la planète car les circuits de distribution étant plus courts , il y a une réduction d'émission de CO2 liée au transport.


Enfin, utiliser le Segal c’est recréer du lien à tous les niveaux d’échanges puisque cela crée finalement une certaine forme de solidarité et de « communauté ».

Quand on voit tous ces avantages, la question est alors de savoir comment encourager le développement de cette monnaie ?

En parler est déjà pas trop mal… mais si sensibiliser et informer les gens c’est bien, il faut ensuite passer à l’action.


Des associations locales sont nécessaires pour développer ce beau projet, car ce sont elles qui vont tenir des « stands » et être le relai de la distribution de la monnaie (servir de guichet de banque en quelque sorte).

La plus proche de Clohars est OzActes à Moëlan.

L’idéal serait donc d’en avoir une sur Clohars…

Nos élus peuvent aussi faire beaucoup. Pour promouvoir la monnaie locale, une partie de leurs indemnités pourraient être payées en ségals (sur la base du volontariat bien sûr) et il n’est pas incongru de penser que l'on pourrait un jour payer la cantine (qui se fournirait en produits locaux ) en Segals.

Idem pour les piscines, bibliothèques, activités extra-scolaires, etc.

Les collectivités, qui sont déjà des acteurs importants de la vie économique locale, pourraient renforcer ce rôle par ce biais.

La métropole de Lyon donne par exemple un bel exemple sur ce sujet (à lire ci-dessous).


Sachez également que dans le cadre du Mois de l’Économie sociale et solidaire, Quimperlé Communauté a organisé une conférence sur le thème des monnaies locales.

Vous pouvez réécouter la conférence "Les monnaies locales" qui s’est tenue le 14 novembre 2019 dans les locaux de Quimperlé Communauté.


S’il est déjà assez facile d’écouler des Segals, si l'on fait ses courses dans une Biocoop ou au marché par exemple, cette pratique pourrait se généraliser dans les années à venir à condition que les citoyens participent au développement de ce projet et que les volontés politiques suivent.


Finissons cet article par le fameux : « Consommer, c’est voter ».


Si vous souhaitez plus d’information ou participer au développement du Segal utilisez le lien suivant : https://www.segal.bzh/


Autres références citées dans l'article :



Cet article vous a plu , abonnez vous à notre site et vous recevrez une notification à chaque nouvelle parution.


197 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentarios


Los comentarios se han desactivado.
bottom of page