top of page

La démocratie malmenée

L’exemple Cloharsien

 

La participation électorale est considérée comme l'un des traits les plus caractéristiques de la bonne santé d'un régime démocratique. Comme dans bien d'autres pays européens, en France, elle ne cesse pourtant de s'affaiblir depuis une vingtaine d'années, comme si les Français voyaient les élections à la façon d’une pièce de théâtre dont ils se contenteraient d’être les spectateurs.


Or combattre l’abstention, c’est d’abord lutter contre la défiance des électeurs à l’égard du système et de certains comportements politiques et c’est probablement le meilleur levier pour ramener les citoyens sur le chemin des urnes. Pour regagner la confiance des électeurs, il faut que le politique respecte ses engagements, soit à l’écoute de la population, soit le lien avec les préoccupations des citoyens, mais certainement pas un escalier pour atteindre des buts non avoués.


Le projet de « l’atelier Gauguin » à cet égard, est l’exemple criant qui rassemble à lui seul malheureusement beaucoup de raisons pour lesquelles des citoyens s'abstiendront par déception du comportement de leurs élus, conduisant à mettre en danger notre démocratie locale :


Dissimulation du projet de plusieurs millions d’euros pour le « Musée Gauguin » dans le programme électoral.


Dissimulation du projet dans le plan à cinq ans des investissements (2022/2026) présenté aux élus en mars 2021, seulement trois mois avant l’annonce des 4 millions.


Justification du projet qui s’appuyait sur une étude de faisabilité de 50 pages, dont plus de la moitié n’est qu’une galerie de photos de peinture. Or cette présentation qui a pourtant couté plus de 30 000 € à la commune comporte beaucoup de contre-vérités :


  • A la page 42, le montant total de « L’atelier du Pouldu » tel qu’il est appelé dans la présentation (Ce projet a changé de nom de nombreuses fois) est présenté pour un montant total de 4 075 000 €. Bien qu’en conseil municipal le maire ait bien précisé qu’il avait donné instruction aux architectes de respecter cette enveloppe budgétaire, c'est par un article paru dans le journal Ouest France le 7 aout dernier, de plus dans la page de Pont Aven, que les Cloharsiens, apprenaient que le coût du projet du centre d’interprétation Gauguin, passait à plus de 5 millions HT, suite à une déclaration du maire de notre commune. Celle-ci a été faite sans consultation aucune du conseil municipal sur ce dépassement considérable , reléguant les élus à de simples figurants.


  • A la page 43, il est indiqué que la phase 1 du projet coûterait 2 320 000 € HT. Or au fil des mois cette enveloppe budgétaire est finalement annoncée en fin d’année 2023 à 3 638 000 € HT.


  • En page 46, le nombre maximum de visiteurs attendu par saison serait de 30 900, mais pour démontrer le sérieux de l’étude, seuls 24 000 visiteurs sont retenus. Curieusement dans une énième présentation du projet, lors du conseil municipal du 21 novembre 2023, miraculeusement, sans explication aucune, le nombre de visiteurs a bondi à 33 000.


Déclarations publiques non respectées sur le niveau des subventions : le coût d’investissement du projet devait être "soutenu à hauteur de 80%" et que "si il ne l’était pas à hauteur minimum de 60% il ne se ferait pas", alors qu’aujourd’hui on en est très loin et il se fera quand même.


Beaucoup plus préoccupant pour la bonne vie républicaine de la collectivité, aucune écoute de la population : pétitions, manifestations au conseil municipal et dans la rue, création d’un collectif. La majorité a cantonné le citoyen à un strict rôle de spectateur.


Beaucoup des faits évoqués plus haut ont été déjà dénoncés, mais il est capital de rappeler à nouveau aussi qu'une mairie ne doit pas être une tour d’ivoire où toutes les décisions ne seraient le fruit que d’un élu. Le Maire lors des vœux à la population en janvier dernier n'a t'il pas dit en évoquant le pseudo musée "mon projet" . C'est effectivement les mots qui fachent car ce n'est absolument pas celui des Cloharsiens. Un maire, du fait de sa proximité, devrait être le personnage politique le plus à même d’être un exemple irréprochable et parler au nom de ses administrés pas en son nom.


Ce projet Gauguin, illustre donc clairement des problèmes de comportements récurrents condamnables ; non respect de la population, non respect des élus, non respect des engagements publics, non respect du programme électoral, non transparence et non véracité dans l'information...


Ce n’est pas ce qui s’est passé ces deux dernières années dans notre commune qui va donc encourager l’électeur à revenir vers les urnes. Certes ce ne sera pas la seule raison, mais la confiance entre élus et citoyens a été comme jamais malmenée et ce n’est pas un bon signe pour la vitalité de la démocratie locale.


Robert Badinder a écrit son discours contre la peine de mort ici à Doëlan. Lui qui portait si haut les valeurs de notre république, qu'aurait-il ressenti des méthodes de gouvernance contestables de notre cité, certainement une immense tristesse.


Cet article vous a plu, abonnez vous sur notre site et vous recevrez une notification à chaque nouvelle parution.


 

344 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Commenti


I commenti sono stati disattivati.
bottom of page