top of page

La circulation à Kloar



Anticiper, c'est gérer


Notre commune s'agrandit à un rythme effréné : les constructions de lotissements, outre le fait de dénaturer totalement notre commune, sont réalisées sans analyse des futurs problèmes de circulation qui viendront immanquablement perturber notre vie quotidienne.


Cet article souhaite attirer l'attention sur les difficultés de circulation à venir, si aucun projet global d'aménagement de la circulation n'est pas rapidement lancé.


Un récent groupe de travail vient de se terminer sous l'égide de l'actuelle majorité.

Les résultats ont été présentés à la population, lors des réunions de quartiers pour les trois pôles importants de Kloar, que sont le Bourg, Le Pouldu et Doëlan. Il faut reconnaître que les futurs travaux qui résulteraient des conclusions de ce groupe, s'ils étaient menés à terme, tendraient à une amélioration de la sécurité, dans l’objectif d’une circulation apaisée entre les usagers de la route (voitures, vélos, piétons).

Il s'agit pour l'essentiel :

- de créer des zones "axe partagé à 20 km/h" pour tous les usagers (piétons, cyclistes, automobiles) dans certaines localisations des trois pôles,

- d'étendre les zones limitées à 30 km/h,

- de généraliser le principe des priorités à droite sur les zones 30 km/h, afin de mieux casser la vitesse des véhicules,

- de créer des portiques d'entrée pour les zones 30 km/h,

- d'harmoniser la signalisation routière, qu'elle soit réglementaire ou touristique.


Cependant, nous sommes finalement un peu déçus des objectifs fixés lors de ce groupe de travail, car aucun schéma d'aménagement global n'a été évoqué ; il n'a été ici question que de retouches et d'améliorations pour un budget somme toute assez faible. Par exemple, un point sensible dû à la deuxième phase du nouveau lotissement des Hauts du Sénéchal (dans la zone des rues Hent daou forn et de St Jacques) a été escamoté et ceci renforce notre opinion sur un manque de vision à long terme de la municipalité actuelle.


La ZAC des Hauts du Sénéchal va créer en effet très rapidement de nouveaux problèmes de circulation, dans sa périphérie, avec l’arrivée de plusieurs centaines de nouveaux véhicules à l’année. Mais d’une façon plus générale, ce développement urbain intensif de la commune se fait aussi sans aucune vision générale des conséquences à venir sur les besoins de notre territoire : circulation, accès aux commerces et aux écoles, entretien des routes comme celle de Quillien, points de collecte des déchets, crèches, accessibilité pour les personnes à mobilité réduite et pour les poussettes, etc.


Si certaines incivilités sont malheureusement impossibles à éradiquer totalement, car on ne peut pas mettre un gendarme derrière chaque usager, la circulation au bourg de Kloar devient très importante et génère des tensions entre usagers, sinon des situations dangereuses (piétons, vélos,...).

En particulier, l'accessibilité pour les personnes à mobilité réduite à certaines portions de trottoirs du bourg est inexistante comme on le voit sur les photos ci-dessous :
















Enfin, il faut également évoquer la traversée du bourg de plus en plus fréquente, de camions de grande taille qui sont obligés de couper les deux petits giratoires derrière l'église, entraînant, non seulement des problèmes de circulation et de sécurité, mais également des pollutions sonores et visuelles, mais également de gaz d'échappement et de particules carbone.


Que dire de la période estivale ? Si aucun aménagement global n'est réalisé, les commerces du centre Bourg seront les premiers et grands perdants de ce manque d'anticipation.

Nous pensons que certains budgets alloués à des œuvres sculpturales, dont la valeur artistique reste à prouver, et dont l'accès culturel reste réservé à une certaine partie de la population, pourraient être plus judicieusement utilisés au profit de l'ensemble des Cloharsiens, en les attribuant à des travaux ou des études facilitant la vie pratique des habitants.


La coordination entre transports et urbanisme est nécessaire à la mise en œuvre d’un développement urbain durable. Or, la politique actuelle d’aménagement Cloharsienne est caractérisée par une conception dominante, mais périmée, d’un aménagement urbain marquée par l’hégémonie de la circulation automobile au centre de la cité.

Ce sont les valeurs d’urbanité, de partage de la voirie, d’apaisement des circulations qui s’imposent dans la conception ou la requalification des plans de circulation.

Dans cet esprit, beaucoup de villes ont structuré l’urbanisation autour des axes périphériques du réseau routier afin de limiter l’accès automobile au centre.

Cette politique fait aujourd’hui figure de référence, car elle privilégie le cœur urbain pour les déplacements doux, les espaces verts, laissant à l’extérieur de la cité les nuisances automobiles.

Cette orientation intéressante pour les agglomérations de moyenne et grande tailles, doit cependant être adaptée pour un bourg comme Clohars dont la configuration historique rend difficile l'application directe, mais il semble intéressant de s'en inspirer.


L’absence d’étude globale conjointe entre urbanisme et plan de circulation sur notre commune a conduit à l’opposé des bonnes pratiques exposées ci-dessus. Les conséquences de cette absence d’évaluation sont immanquablement une sur-fréquentation du centre bourg par les automobiles et les camions, aggravant pour ses habitants nuisances sonores et pollution.


Malheureusement, la bétonisation actuelle du centre de Clohars en cité dortoir nous empêche définitivement de passer de la ville automobile à la ville durable.

Cette occasion ne se représentera plus et les dommages sont irréversibles.

A l'évidence, la municipalité de Clohars n'a pas pris la mesure de cette dégradation de notre qualité de vie.


Cet article vous a plu , abonnez vous à notre site et vous recevrez une notification à chaque nouvelle parution.

277 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


Commenting has been turned off.
bottom of page