top of page

Droit dans leurs bottes


un parallèle saisissant


L'histoire nous réserve parfois de curieuses surprises...


On apprendra que dans un même espace-temps, des événements similaires peuvent se dérouler simultanément, dans des lieux qui n'ont rien de commun et pour des causes différentes.


Cette impensable coïncidence de temporalité, nous la vivons actuellement dans notre commune. En effet, nous ne pouvons manquer de faire le parallèle entre deux hommes issus de la même mouvance politique, se comportant en clones jupitériens.


Deux élus : le premier à l’Elysée, le second à la mairie de Clohars-Carnoet.


Tous deux ont leur projet phare pour tenter de marquer l'histoire pendant leur mandature respective. Celui du premier est celui des retraites, celui du second est celui du centre d'interprétation Gauguin.


Tous deux font aussi face à une forte contestation de leur projet par la population. Des manifestations et des pétitions d'une ampleur inédite mais, ancrés dans leurs certitudes, la tête haute, ils restent droits dans leurs bottes, sourds, butés. Pas de négociation, pas de compromis. Aucune prise en compte du désarroi et de l'inquiétude de leur population.


Dans ces deux projets, on s'attendait à une communication impeccable et limpide, mais les défauts de conception sont criants ; omission délibérée de leur ampleur, financement hasardeux et, dans les deux cas également, des efforts conséquents exigés : espérance de vie pour le premier, hausse d'impôts pour le second, tout cela en pleine baisse du pouvoir d’achat.


Devant l’impasse dans laquelle ils se sont mis tous les deux, leur aveuglement les amène à utiliser des dispositifs légaux mais peu démocratiques. Pour le premier c'est le recours à l'article 49.3 et pour le second, très prochainement sans doute, ce sera des procédures exceptionnelles pour s’approprier les terrains indispensables à la réalisation du musée. Egalement, faits du même bois ils refusent le recours au référendum par crainte d'affronter le verdict de la population.


La réalité de leurs actes est inversement proportionnel aux valeurs qu’ils disaient défendre.


Ce projet Cloharsien à plusieurs millions d'euros, c'est celui de trop, celui que les Cloharsiens n'attendaient pas dans la conjoncture actuelle et qui leur a été coupablement dissimulé.


L'élection de notre maire est parfaitement légitime et le verdict du scrutin ne se discute pas. Cependant, la justesse du résultat obtenu, teintée d'une forte abstention, voudrait qu’il cherche aujourd’hui à rassembler, mais hélas non, il s’obstine à diviser et fracturer la population de la commune après l’avoir manipulée.


Cet article vous a plus , abonnez vous à notre site et vous recevrez une notification à chaque nouvelle parution.


378 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


Commenting has been turned off.
bottom of page