top of page

BUDGET 2024



Nous votons contre.


Le conseil municipal du jeudi 11 avril 2024 a été consacré essentiellement à l’approbation des comptes 2023 et du budget 2024.


A l’unanimité, l’opposition a voté contre le budget 2024 et nous souhaitons expliquer pourquoi nous avons pris cette décision. Celle-ci repose sur plusieurs motivations.


-  Affectation aux travaux d’investissements : 2 279 000 € vont cette année au seul projet de l’atelier Gauguin et ses aménagements périphériques urbains et les dépenses se poursuivront encore sur plusieurs exercices. Comme nous l’avons déclaré et écrit à plusieurs reprises, nous avons toujours milité pour un réaménagement plus raisonnable de la maison Marie Henry. Malheureusement la majorité , par sectarisme, a fermé toute possibilité même d'un dialogue sur le sujet et il a donc été impossible de travailler ensemble sur un projet moins coûteux pour les Cloharsiens.


-   La dette de la commune : celle-ci pendant des années tournait autour de 4.5 Millions et est montée fin 2022 à 6,0 millions et commence seulement à redescendre pour afficher 5.4 millions au 1er janvier 2024, mais nous jugeons ce niveau encore bien trop fort. Rappelons nous que devant un public très nombreux, notre maire lors du vote du budget 2022, le 24 mars 2022, affirmait solennellement « La dette n’a pas augmenté depuis 14 ans et le fonctionnement permet de ne pas l’augmenter ». Il est donc clair que maintenant nous devons avoir un problème avec les frais de fonctionnement vu l'état de la dette. (Voir lien https en fin d’article.)


-   Les dépenses de fonctionnement : le rythme d’accroissement est toujours anormalement élevé. Entre le réel 2022 et le budget 2024, ces dépenses ont augmenté donc en trois ans, de 834 000 €, soit plus de 16%. Si on enlève les dépenses d’énergie (Electricité, fuel, carburants,) qui ont subi de fortes poussées en 2022/2023, la hausse reste quand même de 683 000 €, soit +13 %. Au budget 2024, les dépenses de fonctionnement sont prévues de croître à nouveau de 7,14% par rapport au réel 2023, là où la prévision d’inflation de l’INSEE pour l’année est de 2.6%. A plusieurs reprises nous avons encouragé la majorité à trouver des pistes d’économies, mais en vain. Avec un peu de volonté on peut pourtant y arriver et sans trop d’efforts. Citons l’exemple des achats de livres, supports audios, jeux pour la médiathèque qui ont couté à la collectivité en 10 ans très exactement 292 569 € soit donc pratiquement une dépense de 30 000 € chaque année. Un renouvellement d’une partie des collections tous les 2 ans ne nous semble pourtant pas insurmontable.


-   Recettes réelles. Actuellement il y a une décorrélation totale entre le rythme des dépenses et des recettes réelles. En effet toujours entre le réel 2022 et le budget 2024, les recettes grimpent de 6 627 000 € à 7043 000 €, soit +416 000 €, alors que dans la même période, comme indiqué plus haut, les dépenses progressent de 834 000 €. En définitive pour 1€ reçu, nous en dépensons actuellement 2. On ne pourra continuer cette politique dépensière bien longtemps sans affronter de sérieuses difficultés. (Source : compte administratifs de la commune)


-   Impôts locaux : Il est annoncé qu’il n’y aura pas d’augmentation des impôts locaux en 2024, car les taux seront inchangés. En début de mandat les Cloharsiens ont subi une forte augmentation de leur impôts fonciers, là ou d’autres communes ont réussi à maintenir leur taux par la maîtrise de leurs dépenses de fonctionnement et d’investissement. Une nouvelle hausse serait donc inacceptable et même l’affirmation de dire en conseil municipal que "les impôts locaux n’augmenterons pas" est un artifice de langage, car cette rhétorique cache une réalité. Les bases d’imposition foncières ont été relevées de 7,1% en 2023 et le seront de 3,9% encore cette année. Les impôts fonciers seront donc plus lourds cette année que l’an passé et avec l'augmentation des taux locaux décidés par le maire, nous sommes pénalisés chaque année deux fois, là où d'autres ne le sont qu'une.


-  L’affectation des résultats de l’année écoulée. Nous estimons que les excédents de fonctionnement d'un exercice devraient être en priorité affectés à l’investissement ; or, la majorité affecte 35% de ces résultats aux dépenses de fonctionnement et 65% à l’investissement. Nous aurions préféré 80% aux investissements. Cette façon de procéder vise en fait à masquer les dépenses de fonctionnement en hausse constante. Cette situation conduit à une baisse des excédents réels de fonctionnement de 16% entre 2021 et 2023, soit 251 000 € .


Budget annexe : Enfin, nous avons demandé à ce que les dépenses et recettes de fonctionnement du futur atelier Gauguin soient clairement identifiées dans un budget annexe. Il en existe déjà plusieurs, comme ceux des ports, qui reçoivent régulièrement un versement du budget général pour équilibrer leurs comptes. L'atelier Gauguin, nécessitera chaque année un versement pour combler son large déficit, mais nous avons essuyé un refus de créer un budget annexe, ce qui permettra de noyer les dépenses dans la masse et masquer la réalité.


Cet article vous a plu, abonnez vous sur notre site et vous recevrez une notification à chaque nouvelle parution.


433 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


Commenting has been turned off.
bottom of page