top of page

Bilan 2021 de l'opposition












La démocratie menacée


En France, sur un total d’environ 500 000 conseillers municipaux, quelques 30 000 élus locaux sont issus de listes minoritaires et siègent au sein des assemblées délibérantes des collectivités locales.

Battus aux élections, parfois de très peu comme à Clohars, ils ne sont pas aux commandes.

Pour autant, nous estimons que l’opposition doit avoir un rôle de proposition et de contrôle de l'action de l'exécutif local.

La nature de notre relation avec la majorité tient pour beaucoup au contexte local, aux attaches politiques, à la relation avec le maire et son équipe et aux politiques conduites.

Notre comportement n’est bien sûr pas de s'enfermer dans une opposition systématique qui nuirait à notre crédibilité.


L'équilibre à trouver n’est évidemment pas simple, mais contrôler la gestion municipale, s'opposer pour marquer son désaccord, proposer des alternatives, sont les bases de la démocratie et de sa vitalité : un pouvoir et un contre-pouvoir.

Le mode de scrutin aux élections municipales nous a laissé qu’une faible place dans les instances municipales, alors que nous avons reçu quasiment le même nombre de suffrages que l’actuelle majorité.

Néanmoins nous existons et souhaitons vous présenter notre bilan 2021.


En termes de délibérations en conseil municipal, vous constaterez dans le graphique ci-dessous que nous sommes en accord avec les élus de la majorité sur l’essentiel des choix portant sur la vie courante de notre cité et en aucun cas dans une position de critique systématique.













Nos cautionnons globalement la politique de la majorité sur des thématiques comme la jeunesse, mais aussi celle du sport et nous avons félicité publiquement l’équipe municipale, agents communaux et élus, sur leurs actions lors du dernier conseil municipal 2021.


Les votes « contre » et « abstention » portent sur nos points de divergence de toujours que sont essentiellement la politique d’urbanisme et celle de la culture, sujets de frictions partagés par la moitié des Cloharsiens, que nous devons continuer à défendre fidèlement conformément à nos engagements.

L’action phare de 2021 de cette contestation a été notre pétition contre le projet de la Muséographie qui a fait, et qui fera encore, l’objet d’articles dans La Gazette de Kloar.


Comme dit plus haut, même faiblement représentée, l’opposition doit être une source de propositions dont les principales, exprimées en commission, en conseil municipal et dans la Gazette, sont listées ci-après :


- Aménagements de la Maison Musée à un coût raisonnable pour les finances de la commune

- Aménagements des entrées du bourg pour valoriser son statut de station classée tourisme

- Construction d’un plan global de circulation dans et autour du bourg pour éviter un futur engorgement et les nuisances lié à la prolifération des constructions

- Modification de la politique de logement social au profit d’organismes fonciers solidaires et durables pour freiner la spéculation immobilière

- Mise en place d’un conseil municipal des jeunes pour les initier concrètement à la démocratie locale et mettre en œuvre leurs suggestions

- Relocalisation de la recyclerie à vélos communautaire du Pouldu vers un lieu plus central de l’intercommunalité

- Création d’un réseau de voies cyclables loin des principaux axes de circulation automobile pour des raisons de sécurité et d’agrément

- Rétablissement du « passports » pour les plaisanciers pour dynamiser nos ports

- Création de parcs pour enfants dans la partie nord de la ZAC des Hauts de Sénéchal

- ….


Dans la perspective de l'alternance, nous devons démontrer que les divergences se fondent sur des enjeux réels et que nous pouvons aussi participer à la construction de l'avenir, dans une démarche commune. Malheureusement la démocratie locale à Clohars ne fonctionne pas. En effet, aucune , mais absolument aucune, de nos propositions n’a été retenue, encore moins envisagée et donc jamais étudiée.


Dans les faits, on constate que tout est ficelé d’avance. Lorsqu’on arrive dans une commission, les principales décisions ont toutes déjà été prises et on nous porte aucune attention, ou alors épisodiquement, sur des détails pour nous laisser quelques miettes et nous donner l’illusion d’exister.


Pire, les élus de l’opposition comme d’ailleurs beaucoup d'élus de la majorité, apprennent des décisions par voie de presse. Dernièrement c’est celle de l’implantation de la recyclerie de vélos dans les bâtiments du projet hôtelier de Doëlan, alors qu’en commission et en conseil celle-ci était entérinée au Pouldu. (Voir l'article de la Gazette du 29 octobre 2021)


Enfin, même quand nous faisons observer la présence d'erreurs graves dans les documents officiels à paraître, personne ne nous écoute. Vous verrez par exemple dans le compte rendu du conseil municipal du 31 Mars 2021, que nous avons questionné Mr Duigou, responsable de l'urbanisme à Quimperlé Communauté, sur des incohérences dans les orientations du Projet d'Aménagement et de Développement Durable ou PADD (qui se déclinent dans le projet de révision du Plan Local d'Urbanisme Intercommunal).

En effet, nous avons fait remarquer que le PADD prévoit 450 logements par an pour accueillir 5300 habitants. Or, 450 logements sur 12 ans, cela fait 5400 logements ; avec 2,5 personnes par logement (norme généralement admise), cela représente 13500 habitants (11000 si on prend 2,1 habitants par logement). Ce chiffre est bien loin des 5300 du PADD !

Nous n'avons reçu en retour aucune explication rationnelle de corrélation entre les logements et le nombre d'habitants prévus, ni obtenu de corrections du document.

Cette "erreur" permet par ailleurs la bétonisation à marche forcée de la Commune…

Le document définitif a été remis quelques semaines plus tard par Quimperlé Communauté en préfecture, pour examen par les experts du Ministère de la Transition Ecologique .

Après étude, ces derniers ont publié leur rapport le 15 octobre 2021. On peut y lire ces phrases incroyables: "ce rapport contient toutefois de nombreuses erreurs dans les chiffres (calculs erronés) qui nuisent à la compréhension du projet ; par ailleurs certains documents doivent être mis en cohérence... En l’état, le besoin de production de 5 400 logements supplémentaires apparaît largement surestimé : avec un taux d’occupation moyen de 2 personnes par logement, cela correspondrait à l’accueil de près de 11 000 habitants supplémentaires, pour un objectif affiché (déjà en rupture avec les tendances précédentes) de 5 300 nouveaux habitants". (Voir lien ci-dessous) .

C'est pour ainsi dire ce que nous avons dit mot pour mot en conseil, mais même avertis et devant l'évidence, nos élus persistent et s'enferment dans l'erreur et le mot est faible.


Ce type de comportement au sein des institutions communales s'apparente de plus en plus à une autocratie relayée par quelques élus politisés, enlisés dans une bulle dogmatique qui détiendrait donc toute la vérité, elle-même incontestable.

Cette attitude que nous regrettons, isole progressivement cette majorité des souhaits des citoyens, comme on l’a vu avec la pétition sur la muséographie, et comme on le constate au niveau national avec un parti socialiste en pleine déliquescence.


Nous souhaitons vivement que ce manque total d’écoute du Maire et de ses adjoints change. Malgré cette volonté à fermer tout dialogue, nous, élus d’opposition, avec la contribution de nombreux Cloharsiens, nous continuerons cependant à agir en 2022 dans le rôle qui est le nôtre : celui de proposer, d’informer, de dénoncer, au bénéfice de l’intérêt général de la collectivité.


Cet article vous a plu , abonnez vous à notre site et vous recevrez une notification à chaque nouvelle parution.




283 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


Commenting has been turned off.
bottom of page